Après moult démarches et pétitions auprès du bailleur, Famille Provencu, certains habitants du numéro 20, quartier Vauban, ont fini par alerter la mairie et la presse. Il est utile de préciser immédiatement que Jean-Paul Gap, adjoint au logement, a toujours répondu présent, tout en précisant qu’étant donné qu’il s’agissait d’un domaine privé la Ville ne pouvait pas intervenir directement ni obliger le bailleur à s’acquitter de ses obligations. Néanmoins, son action a porté car le 22 novembre dernier, il y avait une “opération de nettoyage anti-cafards” dans le logement incriminé.

L’accumulation des ordures dans un appartement en cause

De fait, cette invasion épouvantable de cafards dans tous les étages, vient d’un logement occupé par une personne dépendante et sous tutelle, très malade de surcroît qui ne peut pas entretenir son logement normalement, d’où l’accumulation d’ordures ménagères et de tous ordres, qui ont provoqué la multiplication des cafards. Cet insecte nuisible se propageant à la vitesse de l’éclair a colonisé tous les interstices, trous, plinthes et autres dans l’immeuble. L’usage des boîtes aux lettres est devenu problématique, car elles sont aussi envahies par les cafards. De plus, les locataires excédés, ont bouché leur aération, ce qui peut s’avérer dangereux, en cas de feu, sans parler de toutes les bombes utilisées qui finalement sont assez nocives pour les habitants et l’usage de fumigènes qui peut également s’avérer problématique. Au passage, une locataire rappelle qu’ils paient 120€ de charges par mois.

Finalement, Famille Provencu a envoyé une entreprise pour nettoyer l’appartement à l’origine de tous ces problèmes mais tout n’est pas réglé pour autant, car les “maudits cafards” ont infesté tous les autres appartements et ce sont des travaux d’une bien plus grande ampleur qui doivent être faits pour débarrasser les locataires de ces insectes.

Le bailleur, Famille Provencu, contacté par nos soins a bien voulu donner “sa version des faits” et ce qu’ils comptent entreprendre. “Le problème est très compliqué du fait que le propriétaire du logement insalubre ne veut pas coopérer. Et il n’est pas possible de rentrer de force, sans compter les problèmes de comportement de cette personne, atteinte de troubles.

Finalement il a été hospitalisé d’office le mois denier mais comme le logement est toujours à son nom, nous devons attendre une lettre de dédit de la tutelle qui ne nous est pas encore parvenue. Rendez-vous est pris avec la fille du locataire le 7 décembre prochain. Nous prévoyons de faire une “opération coup de poing”, il va falloir décoller tous les papiers peints chez lui, et traiter entièrement son logement”. Nous ne sommes pas sûrs que cela sera suffisant mais nous sommes alertés et serons vigilants, la gardienne sur place nous tient au courant”.

Souhaitons à tous les locataires qu’ils pourront célébrer leurs fêtes en toute tranquillité, débarrassés de ces nuisibles.